Tom Christopher 'Something About New York'

Tom Christopher 'Something About New York'

i'm taking a walk. i'm listening to the birds sing. what do you think i'm doing. by tom christopher

Tom Christopher

I'm taking a walk. I'm listening to the birds sing. What do you think I'm doing.

i ceased to exist, according to one profile. by tom christopher

Tom Christopher

I ceased to exist, according to one profile.

hard by the harbor, clear sky by tom christopher

Tom Christopher

Hard by the Harbor, Clear Sky

floating above the big tall buildings by tom christopher

Tom Christopher

Floating Above the Big Tall Buildings

three women approaching a homeless man with camera by tom christopher

Tom Christopher

Three Women Approaching a Homeless Man with Camera

Thursday, March 20, 2014Thursday, April 10, 2014

Galerie Taménaga France
Paris, France

Tom Christopher 'Something About New York'

Vernissage le 20 mars

Tom Christopher nous invite à un nouveau voyage au cœur de New York, cette ville qu’il a adoptée en 1981 lorsqu’il a débarqué de Hollywood.
Il y a dans les œuvres de Tom Christopher, figure montante de la peinture américaine contemporaine, toute l’énergie et la lumière de la ville dont il a fait le sujet phare de son travail : New York. C’est ce que dévoile la nouvelle exposition que lui consacre la Galerie Taménaga du 20 mars au 10 avril, en présentant ses nouvelles œuvres.

Rangées de gratte-ciels pris en contre plongée, avenues bordées de voitures et de taxis jaunes, rues grouillantes de vie, vues de Times Square et de ses façades bordées d’affiches et de feux polychromes… Le New York peint par Tom Christopher est si proche de la réalité qu’il arrive à téléporter le spectateur le temps en un instant, dans cette ville si fascinante.

Il aime cette cité qui le fascine et le happe littéralement, et pour preuve. La nouvelle série exposée à la Galerie Taménaga est constituée d’autant d’arrêts sur image captant des moments, autant de scènes qui mises bout à bout composent une narration cinématographique. Les titres de ses tableaux sont là pour renforcer cette impression et donner des indices : Much better than Living Under the Bridge, Just where are all these people going in such a big hurry, Three Women Approaching a Homeless Man with a Camera…

Ses bruits, ses cris, ses klaxons renforcent cette impression de fenêtres ouvertes sur une cité dont il peint la densité et la légèreté d’une manière objective, mais également sociologique, politique parfois aussi. Inutile de dire que Tom Christopher est concerné par le monde dans lequel il vit, par la photographie, l’informatique, le tag, le graff, par la modernité donc et la ville qui le nourrit et l’inspire.

Alors qu’elle peut apparaître comme une forteresse difficile à prendre vue du sol, elle devient tellement aérienne et géométrique lorsque l’artiste l’aborde du ciel. Les contours des buildings soulignés par ces larges lignes noires sont les garants de l’équilibre et la stabilité de la ville, et c’est parce qu’il y a cette ossature solide dans les hauteurs des skylines que l’effervescence et le désordre peuvent s’emparer des trottoirs.

Plus que jamais, les toiles de Christopher grouillent de vie ; plus que jamais, elles sont actuelles ; plus que jamais, Christopher peint notre monde et, surtout, notre temps.

Depuis sa toute première exposition à la Galerie Taménaga – c’était à New York, en 1994 – Tom Christopher est entré dans les collections permanentes des musées auprès des maîtres qui l’ont précédé (Edward Hopper, Roy Lichtenstein, Jackson Pollock, Andy Warhol…) et dans leurs expositions temporaires des musées américains, des plus avant-gardistes aux plus renommés.