Galerie Piece Unique

Eva Jospin

Eva Jospin

petite forêt 7 (jos014) by eva jospin

Eva Jospin

Petite Forêt 7 (JOS014), 2011

Price on Request

petite forêt 4 (jos011) by eva jospin

Eva Jospin

Petite Forêt 4 (JOS011), 2011

Price on Request

détails d'une forêt (jos005e) by eva jospin

Eva Jospin

Détails d'une Forêt (JOS005E), 2008

Price on Request

détails d'une forêt (jos004e) by eva jospin

Eva Jospin

Détails d'une Forêt (JOS004E), 2011

Price on Request

détails d'une forêt by eva jospin

Eva Jospin

Détails d'une Forêt, 2009

Price on Request

Thursday, March 31, 2011Sunday, June 5, 2011


Paris, France

Eva Jospin
31 mars - 5 juin 2011
Vernissage en présence de l’artiste le jeudi 31 mars de 18 h à 20 h 30.

Diplômée de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris, Eva Jospin se consacre depuis plusieurs années à la question du paysage et de sa représentation. Plus récemment, l’artiste, à travers un médium unique, le carton, sculpte de grandes « Forêts ».
Les corrélations entre ce matériau et l’objet qu’il représente, sont à la fois logiques et contradictoires. Eva Jospin explique qu’elle aborde le carton dans ses oppositions. Ce support brut, revêche et d’apparence fragile, va être maîtrisé, dompté, comme anobli pour, au terme de ce processus créatif, (re)devenir un arbre et incarner ainsi la solidité d’un tronc comme les délicates complexités d’une forêt. C’est pourquoi Dominique Païni écrivait à propos de ce travail : « Eva Jospin n’oublie rien de l’enjeu qui gît au fond de ces sous-bois, frondaisons et clairières : restituer un enchevêtrement sans fin, excéder par la virtuosité de l’arrachage et de la découpe les illusions de la profondeur, expérimenter les limites d’un cadre et d’une surface pour tromper l’œil. »
Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste, qui conçoit ses œuvres comme un espace de projection, décline les formes et la densité des forêts, et explore l’inépuisable imaginaire poétique qu’elles suscitent.

La grande Forêt, présentée à la Galerie Pièce Unique, occupe une large partie de l’espace, elle embrasse littéralement la vision du spectateur. En un regard, la magie de l’œuvre opère. Presque malgré lui, le passant est happé par la puissance évocatrice de cet élément naturel ; plus ses yeux plongent dans les strates de branchages et de feuillages, et plus son esprit s’égare. Car, en effet, pour reprendre ici encore les mots de Dominique Païni: « se perdre : n’est-ce pas le seul danger qui s’attache à ce labyrinthe naturel qu’est une forêt? ». Chaque nuit, l'œuvre sera perçue différemment grâce à un éclairage progressif.

A la Galerie Pièce Unique Variations, l’artiste varie les échelles et perturbe nos sensations. Une autre vaste forêt, présentée à part dans une pièce, nous amène à observer la diversité de ces monochromes végétaux, et à ressentir la singularité de leur force évocatrice. Dans le reste de l’espace Eva Jospin présente pour la première fois des petits formats, pour elle « contrairement aux grandes forêts qui créent un effet de profondeur et une sensation de perte de repères, ces petites pièces nous plongent au cœur d'un foisonnement végétal dont les détails possèdent la précision d'un herbier géant ».