Olivier Debré 'Peintures noires'

Olivier Debré 'Peintures noires'

Thursday, June 6, 2013Friday, July 12, 2013


Paris, France

Il peut paraître paradoxal pour un coloriste aussi constant et subtil que le fut Olivier Debré de parler de peintures noires. Pourtant, le jeune peintre, dont les premières approches de l’abstraction datent de 1943, va de la libération de Paris jusqu’à la fin de 1947 utiliser presque uniquement le noir et le blanc, avec leurs nuances de gris pour dire le deuil d’une civilisation qui, avec la Libération, vient de découvrir l’horreur des camps de concentration et de la « solution finale ».

Deux facteurs furent déterminants pour orienter ainsi le travail du jeune peintre : une famille pleinement impliquée dans la résistance et la rencontre de Picasso – dont il avait découvert Guernica lors de l’exposition universelle de 1937 – qui l’invitera à venir voir ses œuvres récentes dans l’atelier de la rue des Grands-Augustins. Se succèdent alors quantité de peintures sur papier dont les titres – Le Mort de Dachau (collection du Centre Pompidou), L’Otage, Les Deux pendus, Le Mort et l’assassin, Signe sourire nazi, Le Sourire sadique... – soulignent le contexte et la révolte qui ont donné naissance à ces grandes feuilles traversées de larges traits de pinceau chargé d’encre et de gouache noires et qui pour la plupart étaient restées inédites. C’est cette épreuve, ce deuil de la couleur qui permettra à Olivier Debré de devenir à l’hiver de 1947, en découvrant les œuvres de Lanskoy, à son tour un maître des rapports colorés.

Depuis dix ans que la galerie Louis Carré défend l’œuvre d’Olivier Debré, « peintures noires » sera la 4ème exposition de l’artiste après « Olivier Debré. Peintures » en 2003, « Formes informelles » en 2009, « Les années cinquante » en 2011, et deux expositions personnelles en 2004 et 2005, au 8e Pavillon des Antiquaires et des Beaux-Arts et à la Fiac. L’exposition présentée du 6 juin au 12 juillet montrera une quarantaine d’œuvres sur papier en noir et blanc, des encres et des gouaches, toutes exécutées entre 1945 et 1947. Cet ensemble inédit et historique est donné au regard des amateurs pour la première fois.

Catalogue bilingue (français-anglais), texte de Daniel Abadie. Toutes les œuvres présentées sont reproduites.