Galerie Jeanne-Bucher / Jaeger Bucher Home Artists Exhibitions Art Fairs Inventory Publications Gallery Info

 Back To Current Exhibitions   

Louis Le Brocquy (Jeanne Bucher)    Oct 12 - Nov 18, 2006


Du 12 octobre au 10 novembre 2006, la Galerie JEANNE-BUCHER est heureuse de présenter une sélection d’œuvres rares du peintre irlandais Louis le Brocquy, à l’occasion de son 90ème anniversaire. Louis le Brocquy, né à Dublin en 1916, est considéré comme l’une des figures majeures de l’histoire de l’art irlandaise du 20e siècle. L’intérêt pour son œuvre s’est récemment développé au sein du marché international de l’art : ainsi en 2000, le prix record de £ 1,15 million a été atteint chez Sotheby’s à Londres pour l’une de ses peintures. De même, une tête de Samuel Beckett a tout récemment trouvé preneur le 12 mai 2006 chez Christie’s à Londres pour 324,195 €. Cette exposition s’inscrit dans le cadre d’une série d’hommages consacrés à l’artiste en 2006-2007 au sein d’institutions irlandaises: Portrait Heads à la National Gallery of Ireland (4.11.06 – 14. 01.07) ; Allegory and Legend au Hunt Museum à Limerick (15.06 – 18.09.06) ; Louis le Brocquy, Irish Museum of Modern Art (9.05.06 – 7.01.07).

L’œuvre de Louis le Brocquy est dominée par la figure humaine, le corps humain, l'esprit humain - l'être humain et le continent de sa conscience. Cette quête, présente dès les premières œuvres et qu'il n'a de cesse de développer, débute véritablement en 1955, après un long passage à vide, comme il l'a raconté à plusieurs occasions. Lors d'un voyage en Espagne, il subit une brutale révélation en apercevant un groupe de jeunes femmes et d'enfants baignés par une lumière d'une rare brillance, adossés contre un mur à la chaux. L'intensité du soleil, absorbant les figures humaines dans tout son éclat, lui révèle uniquement la substance de l'ombre. Avec cette expérience, Louis le Brocquy devient le barde d'une lumière ressentie comme une sorte de "matrice dont l'être humain émergerait, dans lequel il se fondrait à nouveau - avec lequel il pourrait même s'identifier ". Cette expérience précipite une nouvelle série nommée Présences (1956-1966) composée de formes partielles, énigmatiques, dont les contours se distinguent à peine d’un fond pâle provoquant un double mouvement d'émergence et de récession, de présence et d'absence comme le montrent plusieurs toiles au sein de notre exposition notamment Young Woman, 1957, Image of Anne, 1957 et Being, 1959.

Quelques années plus tard, au bout d’une année « aveugle », Louis le Brocquy reçoit une nouvelle révélation lors de la découverte des têtes polynésiennes du Musée de l’Homme à Paris qui réveillent et répondent à sa propre culture celte de la tête comme « boîte magique contenant l’esprit ». Cette découverte est suivie par la visite du site celte-ligurien d’Entremont en Provence dont les têtes d’ancêtres sculptées le bouleversent tant elles représentent une rencontre avec le passé de sa race. « Si on écarte le rideau mouvant du visage, si on entre dans cette boîte magique, » dit le Brocquy, « on trouve le paysage entier de l’esprit. Mais le visage lui-même, cette écorce irréfutable de la réalité, parvient aussi à exprimer l’esprit. C’est cela qui me fascine : l’apparence et ce qu’elle révèle. Car le visage est un paradoxe. Il cache ou masque l’esprit en même temps qu’il le révèle ou l’incarne. »

From 12 October to 10 November 2006, the Galerie JEANNE-BUCHER is pleased to present a selection of rare works by the Irish painter Louis le Brocquy on the occasion of his 90th birthday. Louis le Brocquy, born in Dublin in 1916, is a towering figure in the history of 20th century Irish painting. Interest in his work has continued to grow in the international art market: in 2000, a record price of £ 1,15 million was paid at Sotheby’s in London for one of his major works. More recently on May 12, 2006, a head of Samuel Beckett was bought at Christie’s in London for 324,195 €. This exhibition takes place in a year commemorating the artist’s 90th birthday with a series of institutional exhibitions held in Ireland: Portrait Heads at the National Gallery of Ireland (4.11.06 – 14. 01.07) ; Allegory and Legend at the Hunt Museum in Limerick ( 15.06 -18.09.06) ; Louis le Brocquy, Irish Museum of Modern Art (9.05.06-7.01.07).

The work of Louis le Brocquy is dominated by human figure, the human body, the human spirit – human being and the continent of his consciousness. This quest, visible since the first works and which he will not cease to develop, really begins in 1955, after a moment of difficulty in his work, as he has told on numerous occasions.

During a trip to Spain, he had a brutal revelation by perceiving a group of young women and children standing against a whitewashed wall in brilliant sunshine. The intensity of the light, absorbing these human figures in all its brilliance, revealed the substance of the shadow as palpable forms in themselves. With this experience, Louis le Brocquy had witnessed “light as a kind of matrix from which the human being emerges and into which it ambivalently recedes – with which it even identifies.” This experience precipitates a new series entitled Presences (1956-1966) composed of partial forms, enigmatic, the contours of which are hardly distinguished from the white ground provoking a double movement of emergence and recession, of presencing and absencing as can be seen in the works of our exhibition, specifically Young woman, 1957, Image of Anne, 1957 and Being, 1959.

A few years later, in 1963, Louis le Brocquy experiments a second revelatory experience as he discovers the Polynesian heads of the Musée de l’Homme in Paris which respond to his own Celtic culture of the head as “the magic box containing the spirit.” This discovery led him at once to the central Celto-Ligurian site of Entremont in Provence, where he is totally taken by these sculpted heads as a return to his own past and most distant origins. “ If one pulls the moving curtain away from the face, if one enters the magic box,” says le Brocquy, “one finds the entire landscape of consciousness. But the face itself, this undeniable crust of reality, also manages to express the spirit. This is what fascinates me: appearance and what it reveals. Because the face is a paradox. It hides or masks the spirit while, at the same time, it reveals it or incarnates it.”

CONTACTS PRESSE :

Véronique Jaeger 33 (0)6 11 47 48 74
Frédéric Jaeger 33 (0)6 19 21 00 37

jeannebucher@wanadoo.fr - www.jeanne-bucher.com

View :    Current Exhibitions   Past Exhibitions      


 
artnet—The Art World Online. ©2014 Artnet Worldwide Corporation. All rights reserved. artnet® is a registered trademark of Artnet Worldwide Corporation, New York, NY, USA.