Almine Rech Gallery

Taryn Simon 'Contraband' (Bruxelles / Brussels)

Taryn Simon 'Contraband' (Bruxelles / Brussels)

Paris, France Friday, October 29, 2010Saturday, December 18, 2010


Paris, France
Friday, October 29, 2010Saturday, December 18, 2010

Please scroll down for English version

Taryn Simon 'Contraband'
29 octobre - 18 décembre 2010

La galerie Almine Rech de Bruxelles, a le plaisir de présenter CONTRABAND (CONTREBANDE), une nouvelle commande de la célèbre photographe Taryn Simon. Il s’agit de la première exposition de cette nouvelle série de photographies.

Les prises de vues de Taryn Simon relatent les aspects contradictoires de l’identité américaine tout en exposant les mécanismes cachés de la société. Cette toute dernière oeuvre intitulée CONTRABAND, poursuit sa série antérieure, An American Index of the Hidden and Unfamiliar (2007) qui explorait l’intersection secrète entre le privé et le public.

Durant cinq jours en novembre 2009, Simon est restée sur place à l’aéroport International John F. Kennedy, où transitent plus de passagers internationaux que dans n’importe quel autre aéroport des États-Unis. Le rythme exhaustif auquel elle a effectué les prises de vues était équivalent à celui du flux de marchandises en vingt quatre heures, à travers les frontières et les fuseaux horaires. CONTRABAND comprend 1 075 photographies d’articles détenus ou saisis aux passagers et de courriers express qui entrent aux États-Unis en provenance de l’étranger.

Simon a travaillé intensivement, en utilisant une procédure photographique médico-légale pour documenter une grande variété d’articles interdits, notamment l’agent actif contenu dans le Botox, des vêtements et accessoires contrefaits (y compris des sacs à main de marque), de l’héroïne, des bijoux, du rhum jamaïcain à très forte teneur en alcool, des articles fabriqués à partir d’espèces menacées, des produits pharmaceutiques, des cigares cubains, des organes d’animaux, des DVD piratés, de la poudre d’or, des pistolets, des oignons, le GHB (du liquide de viol dissimulée dans une nettoyage), des chèques de voyage et des stéroïdes illégaux.

En cataloguant un volume important de documents en un temps réduit, des modèles se dégagent et révèlent un échantillon complet du commerce international, exposant les désirs et les besoins qui stimulent l’économie internationale ainsi que les économies locales qui les produisent.

Simon a photographié chaque article sur un fond gris neutre, ce qui permet d’obtenir un enregistrement scientifique « objectif » dénué de tout contexte. Séparé des effets personnels du passager, chaque article perd ses connotations individuelles particulières et se transforme en une pièce d’un réseau mondial plus étendu. CONTRABAND peut aussi induire le danger et suscite des questions sur ce qui est officiellement considéré comme étant une menace pour l’autorité et la sécurité dans la société américaine contemporaine.

Cette exposition est accompagnée d’un catalogue entièrement illustré publié par Steidl avec un texte de Hans Ulrich Obrist, directeur de la galerie Serpentine à Londres.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Taryn Simon 'Contraband'
October 29 - December 18, 2010 Almine Rech Gallery, Brussels, is pleased to present CONTRABAND, a new commission by acclaimed photographer Taryn Simon. This is the first exhibition of this new series of photographs.

Taryn Simon’s photographs chronicle contradictory aspects of the American identity while exposing the veiled mechanisms of society. This latest work, CONTRABAND, expands on her earlier series, An American Index of the Hidden and Unfamiliar (2007), that explored the covert intersection between private and public.

For five days in November 2009, Simon remained on site at John F. Kennedy International Airport, which processes more international passengers than any other airport in the United States. The exhaustive pace at which she photographed paralleled the twenty-four hour rhythm by which goods move across borders and time zones. CONTRABAND includes 1075 photographs of items detained or seized from passengers and express mail entering the U.S. from abroad.

Simon used a labor intensive, forensic photographic procedure to document a broad array of forbidden items including the active ingredient found in Botox, counterfeit clothes and accessories (including designer hand bags), heroin, jewelry, over-proof Jamaican rum, items made from endangered species, pharmaceuticals, Cuban cigars, animal parts, pirated DVDs, gold dust, pistols, onions, GBL (a date rape drug concealed as house cleaner), casher checkes, and illegal steroids.

In cataloguing an enormous amount of material in a limited amount of time, emerging patterns reveal a comprehensive cross-section of international commerce, exposing the desires and demands that drive the international economy as well as the local economies that produce them.

Simon photographed each item against a neutral grey background, producing an “objective” scientific record devoid of context. Removed from the individual passenger’s belongings, each item loses its distinguishing personal associations and is transformed into an artifact of the larger global network. Contraband can also infer danger, and raises questions about what is officially considered to be a threat to authority and security in contemporary American society.

This exhibition is accompanied by a fully illustrated catalogue published by Steidl with a text by Hans Ulrich Obrist, Director of the Serpentine Gallery, London.