Almine Rech Gallery

Angel Vergara 'and yes I said yes I will Yes' (Bruxelles/Brussels)

Angel Vergara 'and yes I said yes I will Yes' (Bruxelles/Brussels)

19, rue de SaintongeParis, France Friday, September 7, 2012Saturday, September 29, 2012

19, rue de Saintonge
Paris, France
Friday, September 7, 2012Saturday, September 29, 2012

Please scroll down for English version

Angel Vergara 'and yes I said yes I will Yes'
7 - 29 septembre 2012
Inauguration: 7 Septembre (4-9)

La galerie Almine Rech est heureuse de présenter pour la première fois et dans tous ses espaces une nouvelle exposition personnelle d’Angel Vergara (Mieres, Espagne, 1958).

Apres sa représentation remarquée au Pavillon belge de la dernière Biennale de Venise avec son installation « Feuilleton, les sept péchés capitaux » (1), Angel Vergara poursuit ici, le travail entamé depuis plusieurs années.
Il monte et associe des images prélevées dans les medias qui servent de trame à l’acte de peindre, à la peinture qui se fait dans le temps et le mouvement des images, pour peu à peu les absenter, en une sorte d’inexorable recouvrement, pour leur redonner, en quelque sorte, la couleur, l’épaisseur et la consistance qu’elles auraient perdues. Par touches successives, gestes retenus ou plus amples, utilisant différents instruments, l’action du peintre s’installe dans les images, elle les désigne, les souligne, les poursuit. S’il nous semble qu’elle n’arrive jamais à les rattraper, c’est justement pour signifier une autre temporalité, pour donner corps à l’écart nécessaire qui nous distancie peu à peu des images afin de nous transporter dans l’univers particulier de la fabrication d’une œuvre.

Le nouveau projet d’Angel Vergara nous entraîne dans l’univers de l’un des grands récits littéraires de la modernité. Si « and yes I said yes I will Yes » est emprunté aux derniers mots d’Ulysse de James Joyce, il résonne aussi, pour l’artiste, comme le prétexte à l’affirmation, maintes fois répétée, d’une jubilation propice à la peinture. C’est dans le sillage du récit de Joyce, qu’Angel Vergara construit sa propre fiction, convoquant au travers d’un nouveau montage vidéo, conçu comme un casting, des célébrités omniprésentes sur nos écrans. Leonardo Di Caprio, Isabelle Huppert, Lady Gaga… et bien d’autres, deviennent les personnages de cette odyssée. Ils traversent des lieux propres à l’imaginaire de l’artiste et servent aussi sa propre temporalité, le périple d’une journée de peinture dans le flux des images. C’est cette circulation que la couleur vient souligner, poursuivre et entamer pour parfois la fixer, comme des instantanés, dans une série de peintures mises en scène dans l’espace de la galerie.

Au travers d’un dispositif spécifique conçu par l’artiste, nous sommes invités à faire le voyage, à nous laisser conduire dans une traversée de l’époque, des signes et des modèles établis, un voyage du regard qui nous entraîne vers cet horizon esthétique où vient s’affirmer la possibilité d’une peinture émancipée, la promesse tenue d’un infini de possibilités…

(1) La galerie présente dans une salle adjacente les sept projections simultanées de “Feuilleton, les sept péchés capitaux”. Cette installation sera aussi visible du 16 septembre 2012 au 10 mars 2013, au ZKM (Zentrum fur Kunst und Medientechnologie, Karlsruhe) dans le cadre de la reprise de l’exposition « Art and press » récemment présentée au Martin Gropius Bau de Berlin et du 28 septembre au 21 octobre 2012 au Printemps de Septembre à Toulouse.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________

Angel Vergara 'and yes I said yes I will Yes'
September 7 - 29, 2012
Opening: 7 September (4-9 pm)

The Almine Rech Gallery is pleased to present – for the first time and throughout its exhibition space – a new solo exhibition by Angel Vergara (Mieres, Spain, 1958).
In the wake of his much discussed installation Feuilleton, the seven deadly sins (1) for the Belgian Pavilion at the latest Venice Biennale, Angel Vergara is here pursuing the exploration he initiated some years ago.

Vergara edits and assembles images drawn from the media that serve to frame the act of painting, an activity that follows the temporality and movement of the images. The artist gradually paints over them in an unyielding act of concealment, while the images can thus regain, in a sense, the colour, thickness and consistency they may have lost. Proceeding by means of discrete or pronounced interventions, and using various instruments, the painter’s activity gradually immerses itself in the images, outlining them, underlining them, pursuing them. If it seems to us that he can never catch up with them, this is precisely because the artist wishes to highlight another temporality, to give shape to the necessary gap that gradually distances us from the images and transports us into the creative process underlying a work of art.

Angel Vergara’s new project invites us to enter the world of one of the great works of literary modernism. While the words “and yes I said yes I will Yes” are borrowed from the closing line of James Joyce’s novel Ulysses, for Vergara they also serve as a pretext to proclaim, over and over again, the feeling of jubilation with regard to painting. It is in the wake of Joyce’s narrative that Angel Vergara constructs his own fiction and, thanks to a new video composed as if it were a casting, calls up the celebrities that fill our screens from morning to night. Leonardo DiCaprio, Isabelle Huppert, Lady Gaga and many more become characters in this odyssey. They travel through places that are specific to the artist’s imagination and also serve his own temporality, a painterly journey through the flow of images. It is this circulation which the artist’s application of colour emphasises and pursues and sometimes records, like snapshots, in a series of paintings staged in the gallery’s space.

Through a specific layout designed by the artist, visitors are invited to undertake the journey, to let themselves be guided on this voyage through the present age and its established signs and models. Resting on the visitor’s sense of vision, this journey leads viewers towards that aesthetic horizon that contains the possibility of an emancipated painting, the promise of infinite possibilities…

(1) The gallery is presenting in an adjacent room the seven videos which, screened simultaneously, compose Feuilleton, the seven deadly sins. This installation will be visible from 16 September 2012 until 10 March 2013 at the ZKM Center for Art and Media in Karlsruhe as part of the rerun of ARTandPRESS, an exhibition that was recently shown at the Martin Gropius Bau in Berlin. Feuilleton will also be visible at Printemps de Septembre in Toulouse between 28 September and 21 October 2012.